Quatre candidats chauffeurs ont suivi la formation IBU chez SADAR

L’année dernière, quatre chauffeurs motivés ont bouclé leur formation IBU (Individuelle Berufsausbildung im Unternehmen) chez SADAR à La Calamine. « Il s’agit d'un projet de collaboration extrêmement positif dans lequel je m’engagerais à nouveau pour recruter des chauffeurs », indique le directeur Marc Mennicken.

Partagez cet article avec vos collègues

Pénurie de chauffeurs, aussi à La Calamine

SADAR, qui fait partie du groupe Keolis, dispose d'une quarantaine de bus de ligne, d’environ autant de véhicules pour le transport scolaire et d'un autocar. Les bus circulent dans les Cantons de l’Est depuis le dépôt de La Calamine pour le TEC. Plusieurs bus circulent sous les couleurs rouge et blanche caractéristiques d’ASEAG sur le trajet Eupen-Aix-la-Chapelle sur ordre de l’AVV (Aachener Verkehrsverbund) et en collaboration avec ASEAG.

« Notre région n’échappe pas à la pénurie de chauffeurs. Ce phénomène s’accentuera encore au cours des prochaines années car plusieurs chauffeurs partiront à la retraite », indique le directeur Marc Mennicken. « Challenge supplémentaire : nos chauffeurs doivent être bilingues français-allemand pour pouvoir circuler dans les Cantons de l’Est et à Aix-la-Chapelle. »

Former soi-même de nouveaux chauffeurs

« En collaboration avec le Fonds social et l’Arbeitsamt, nous avons déjà pu former quatre chauffeurs depuis 2020 dans le cadre de l’IBU, l'équivalent du Plan Formation-Insertion (PFI) proposé par Le Forem en Région wallonne. Nous avons déjà formé des chauffeurs nous-mêmes par le passé. Nous disposons même de notre propre 'véhicule d’écolage' ».

Bouche-à-oreille et rayonnement de votre entreprise

« Nous avons déjà essayé de recruter des chauffeurs en affichant des annonces sur nos bus, mais cette méthode a généré peu de réactions », explique Pearl Betsch, responsable du personnel. « C'est le bouche-à-oreille qui fonctionne le mieux. L'image et le rayonnement de votre entreprise de bus jouent également un rôle à cet égard. En collaboration avec l’Arbeitsamt, nous nous engageons pour un IBU et accompagnons des candidats chauffeurs en vue de l’obtention de leur permis de conduire D ».

« Il s’agit souvent de candidats d'origine étrangère qui sont particulièrement motivés à l’idée de devenir chauffeurs de bus et qui se donnent à fond », confirme Marc Mennicken. « Souvent, ils doivent encore parfaire leur connaissance de la langue avant de pouvoir commencer, mais cela se passe généralement bien. L’IBU prévoit que vous devez ensuite engager le candidat à temps plein, ce qui n'est pas toujours évident. Vous pouvez peut-être les faire travailler 25 à 30 heures par semaine, mais ils souhaitent également un emploi à temps plein. Nous cherchons dès lors une solution ».

« Nous nous réjouissons de la collaboration avec le Fonds social et l’Arbeitsamt pour l’IBU », conclut Marc Mennicken. « Les candidats chauffeurs ont été soigneusement sélectionnés, sont extrêmement motivés à suivre la formation et sont fiers de pouvoir travailler chez nous. »

Zühal Altinkaya

Elisabeth Salaets

Véronique Swijsen

Vous souhaitez aussi former un candidat avec un IBU ou recevoir plus d'info ?