Les autocaristes diversifient leurs activités

Faire preuve de créativité pendant la crise

La pandémie de la Covid-19 a incité le monde entier à se réinventer. Le secteur du transport de personnes, fortement impacté depuis près de 2 ans, n'a pas échappé à ce phénomène. Passion Voyages et Jumbo Tourisme ont dès lors choisi de sortir des sentiers battus.

Partagez cet article avec vos collègues

Sortir du problème financier

A la tête de sa société unipersonnelle Passion Voyages à Chastre depuis 2008, Thierry Delcourt se devait de trouver une solution créative pour faire face à la crise. « Ma priorité consistait avant tout à sortir du problème financier inhérent à mon unique autocar, » nous confie-t-il. « Vu que je n'étais actif que dans le tourisme pur, sans transport scolaire, la Covid et le premier confinement m'ont mis à l'arrêt total. C'est alors que m'est venue l'idée de me lancer dans le transport de marchandises. »

Après l'effort, le réconfort

Le démarrage fut toutefois laborieux, comme nous le raconte Thierry. « Après la mise en ordre au Ministère de ma capacité professionnelle, j'ai dû débourser 9.000 euros de cautionnement. En effet, même si je ne transportais plus de voyageurs, ma caution ne pouvait pas servir pour cette activité complémentaire. Mais une fois toutes ces démarches effectuées, j'ai pu, à la mi-novembre 2020, recommencer à travailler 5 jours sur 7 en transport national ou international.»

« Fin juin 2021, j'ai remis le car en route tout en conservant mon autre activité. Le gros avantage est que je fixe le planning autocar des mois à l'avance alors que je règle le transport de marchandises à la semaine. J'exerce donc à présent deux activités complémentaires. Mais la situation reste délicate. Le marché touristique est encore frileux», conclut-il.

Pour recréer une dynamique et rebooster le moral

Cette diversification n'est pas un exemple isolé. Florian Vanderhoudelingen, administrateur de Jumbo Tourisme, nous explique les raisons de ce choix depuis son siège de Péruwelz dans le Hainaut. « La pandémie de la Covid-19 nous a contraints à tout repenser et à se réinventer. J'ai en effet à cœur d'assurer la pérennité de l'entreprise familiale et aussi et surtout, l'emploi de nos chauffeurs, » poursuit cet autocariste exploitant une dizaine de véhicules. « Comme nous sommes actifs dans le tourisme, l'exploitation de lignes Flixbus et dans le transport scolaire, le confinement nous a fortement frappés, comme l'ensemble du secteur. »

« Au printemps 2021, j'ai décidé d’activer l’accès à la profession pour le transport de marchandises que j’avais obtenu en 1999. En effet, au-delà de l’aspect financier, je trouvais important de pouvoir occuper quelques conducteurs de mon équipe qui étaient en possession également du permis CE. Moralement, c’était important pour tous de revoir une certaine dynamique se remettre en place. Après diverses recherches dans un monde que je ne connaissais pas encore, j’ai eu l’occasion de décrocher un contrat avec une entreprise hennuyère spécialisée dans la logistique. Le transport de containers maritimes entre Anvers, la Belgique et la France débuta pour Jumbo Trans en mai 2021. »

L'activité camion suspendue mais pas abandonnée

« Avec la reprise de nos activités touristiques en cette 2ème partie d’année, nous avons actuellement suspendu l’activité 'camions'. Nos conducteurs préfèrent légitimement retrouver le volant de leur autocar et le sourire des clients véhiculés. Cette activité de transport de marchandises reste néanmoins toujours dans nos perspectives d’avenir. Après ces 2 années vécues, je suis persuadé qu’il faut être actif dans plusieurs secteurs afin de parer au mieux si une telle situation réapparaissait dans le futur. Je tiens d'ailleurs à remercier toute mon équipe mais également nos fournisseurs qui ont joué le jeu dans cette diversification en nous proposant des formules adaptées pour nous permettre de nous lancer au mieux dans cette nouvelle activité, » conclut-il.