Former des chauffeurs en interne : nécessaire et accessible grâce au programme ‘Aptitude-D’

Transports Penning partage son expérience

Partagez cet article avec vos collègues

La pénurie de chauffeurs d'autocars et de bus est devenue un des principaux casse-têtes du secteur. Pour y remédier, la FBAA et le Fonds Social ont lancés un programme de soutien à la formation en entreprise baptisé Aptitude-D. En province de Luxembourg, les Transports Penning applaudissent des deux mains ce programme auquel ils ont déjà eu régulièrement recours, comme nous l'a expliqué son administrateur Christophe Halloy.

Vue aérienne du dépôt de Marche.

Quelle que soit la taille d'une entreprise active dans le transport de personnes, le manque de chauffeurs est un problème devenu récurrent. Et quand la société en question dispose d'une flotte de 335 véhicules, c'est un défi quotidien. Ce n'est certainement pas Christophe Halloy qui nous contredira. « Depuis des années, ce problème est constant, mais il s'est accru ces derniers temps. Et la pandémie de la Covid-19 n'a rien arrangé. Cependant, nous n'avons pas attendu cette crise pour prendre les choses en main », nous explique-t-il d'entrée de jeu. « Il y a trois ans, le Forem de Libramont a perdu son seul formateur. En temps normal, ce centre permettait chaque année à une vingtaine de personnes d'obtenir leur permis D. Face à cette situation, nous avons pris la décision d'investir dans l’un de nos chauffeurs expérimentés afin de faire de lui un formateur interne. Au départ, ce poste devait être provisoire. Aujourd'hui, c'est devenu l’une de ses missions principales. »

Simple, pratique et sans risque

En deux ans, les Transports Penning, membre du groupe Keolis, ont ainsi formé une quarantaine de chauffeurs, notamment en s'appuyant sur le programme Aptitude-D. « Cette initiative de la FBAA nous permet de récupérer 1.600 euros par chauffeur formé en plus des 1.400 euros du Fonds Social. Cet argent permet de couvrir la quasi-totalité des frais de formation. Le principe est simple. Nous prenons en charge le trajet de formation du candidat et nous l'engageons dès qu'il obtient son permis. Lorsqu'il franchit le cap des 6 mois de service, nous déposons un dossier et le tour est joué. Si au cours des 6 premiers mois, le chauffeur formé change d'employeur mais reste dans le secteur, le soutien financier nous est quand même octroyé. Le seul risque serait que le chauffeur formé quitte le secteur avant six mois de travail. Heureusement, ce n'est pas souvent le cas. Les risques liés à cette formation en entreprise sont donc réduits », nous explique-t-il avec enthousiasme et fierté.

Un programme pour tous

Autre avantage de ce soutien, il permet aux autocaristes de toute taille d'en bénéficier. « Vu notre besoin permanent de main-d'œuvre, nous nous sommes équipés d'un véhicule à double commande. Nos candidats suivent la théorie en auto-école et nous nous chargeons des 25h de pratique. Mais un autocariste de plus petite taille peut également se lancer dans ce programme. La contribution permet en effet de couvrir les frais d'auto-école pour le théorique et la pratique ainsi que les frais d'examen. En ce qui nous concerne, il nous est également arrivé de même organiser une formation théorique en interne pour dix candidats qui nous avaient fait part de leur intérêt pour la profession lors de notre Job Day virtuel. Nous avons également déjà formé des chauffeurs pour d'autres filiales du groupe Keolis. A ce jour, nous n'avons jamais eu de demande de collègues d'intégrer nos parcours de formation, mais si tel était le cas, je serais complètement ouvert à cette idée », poursuit-il.

Un candidat qui passe son permis sous l'œil expert de Christophe Van Meerssche, le formateur interne des Transports Penning.

Du sur mesure

Pour sans cesse trouver des candidats chauffeurs, Christophe Halloy et ses équipes ne manquent pas d'idées. « En plus de notre Job Day virtuel, nous veillons à faire connaître au maximum les débouchés et les postes vacants au sein de notre entreprise. Nous en faisons la publicité sur des bâches de remorques le long des routes, sur Facebook, dans les revues locales, etc. Et cela fonctionne. Nous attirons différents types de profil. Des jeunes sortant de l'école, des chauffeurs internationaux de poids lourds qui veulent retrouver une vie de famille ou des personnes en réorientation professionnelle », ajoute Christophe.

Un autre avantage de cette formation en entreprise est qu'elle offre énormément de souplesse. « Il nous est en effet déjà arrivé de former des personnes qui souhaitaient changer de métier et donc de leur proposer des heures de conduite durant leur temps libre, après leur boulot. Le fait de les intégrer dans l'entreprise avant même de leur avoir fait signer un contrat est également un plus. Sans parler de tous les aspects du métier qu'on leur apprend en plus de l'écolage. Dès leurs premiers tours de roue, ils sillonnent déjà certains de nos parcours scolaires par exemple. Nous veillons aussi à leur inculquer directement les bonnes pratiques de notre entreprise, comme les contrôles préalables du véhicule. Bref, c'est vraiment une formule idéale que je recommande vivement à tous mes confrères, » conclut-il.

Vous souhaitez développer un trajet de formation au sein de votre entreprise ?

Votre consultente sectorielle du Fonds Social vous aidera avec plaisir. Contactez zuhal.altinkaya@fondssocial.be, elisabeth.salaets@sociaalfonds.be ou veronique.swijsen@sociaalfonds.be.

Zühal Altinkaya

Elisabeth Salaets

Véronique Swijsen