Reprise pour les chauffeurs & les mécaniciens

Panel d'experts : "effectuez un contrôle proactif de l’autocar avant de reprendre la route"

Partagez cet article avec vos collègues

NOS EXPERTS FCBO

Pascale Verdoy

Patrick Knierim

Danny De Wilde

Filiep Houthoofdt

Geert Aerts

Des dizaines d'autobus et d'autocars sont à l'arrêt depuis des mois ou ont effectué de courts trajets. Même après un contrôle préventif effectué par les techniciens, des problèmes mineurs sur la route ne sont pas à exclure. Les experts FCBO passent en revue quelques points d'attention pour les véhicules.

Cet e-zine vous propose une série d’articles dans lesquels un panel d’experts– composé de cinq instructeurs FCBO – livrent leur vision sur des sujets qui concernent les chauffeurs de bus et d’autocar.

Points d’attention techniques pour la reprise :


  • Contrôle proactif après une immobilisation prolongée
  • Pneus et pression des pneus
  • Qualité du diesel B7
  • Qualité de l’huile de moteur et du liquide de frein
  • Fonctionnement du chauffage
  • Fonctionnement de la climatisation
  • Eclairage
  • Echéance du contrôle technique
  • Réactivation de l’assurance suspendue
  • Arriver bien à l’avance avant le premier trajet

Contrôlez les pneus

Comme certains véhicules sont peut-être restés au garage pendant un an sans effectuer le moindre kilomètre, le panel d'experts recommande de vérifier les pneus et leur pression. L'impact de 12 tonnes sur la même base de pneus pendant plusieurs mois ne doit pas être sous-estimé.

Et si les témoins lumineux s’allument ?

Une immobilisation prolongée peut nuire au bon fonctionnement du véhicule, ce qui se traduit souvent par des batteries insuffisamment chargées. Lorsque les cars ont été utilisés sporadiquement pour des trajets de renfort ou des petites missions, le moteur n'a pas eu l'occasion de tourner longtemps à plein régime et donc d'atteindre la température requise. En conséquence, des problèmes peuvent apparaître au niveau du moteur ou du filtre à particules. De ce fait, des témoins lumineux s'allument sur le tableau de bord. Selon les instructeurs, il s'agit le plus souvent de messages d'erreur limités qui disparaissent dès que l'autocar a roulé pendant quelques heures.

Vérifiez la qualité du carburant

En raison de la suppression du soufre dans le diesel B7 actuel et de l'ajout d'un biocomposant, une dégradation accélérée du carburant se produit malheureusement, si bien que le diesel B7 se conserve moins longtemps. Il est recommandé de vérifier la qualité du carburant après un stockage de longue durée dans le réservoir pour éviter les problèmes d'injection. Un contrôle similaire est recommandé pour le liquide de frein, susceptible d'absorber de l'eau dans les tuyaux en cas de longue période d'inactivité.

Contrôle technique et assurance en ordre ?

Les instructeurs recommandent aux chauffeurs d'effectuer un essai routier après l'inspection préliminaire du véhicule afin de s'assurer que tout fonctionne normalement, y compris le chauffage, l'éclairage intérieur et la climatisation. Avant qu'un technicien ou un chauffeur ne prenne la route avec un bus, il convient de vérifier si le véhicule est toujours en règle de contrôle technique et si l’échéance n'a pas été dépassée. Les services administratifs vérifieront aussi si l'assurance éventuellement suspendue a été réactivée. Ces mesures permettent d'éviter que le bus ne soit arrêté lors d'un contrôle routier.

Prévoyez un essai sur la route

Après avoir effectué le contrôle de base classique du véhicule et s'être assuré que l'éclairage extérieur fonctionne, le conducteur peut prendre la route en toute sérénité. Pour le premier trajet après une longue immobilisation, le panel d'instructeurs recommande aux conducteurs de se présenter à l'entreprise bien à l’avance. Si un voyant du tableau de bord clignote inopinément au démarrage du véhicule ou si quelque chose ne fonctionne pas correctement, un technicien peut remédier rapidement à la panne ou le véhicule peut être remplacé sans compromettre le planning du trajet.