Le nouveau Lion’s Intercity LE de MAN : le meilleur de deux mondes dans un seul bus

Impressions de conduite avec l’instructeur FCBO Danny De Wilde

Partagez cet article avec vos collègues

Avec le Lion's Intercity LE, MAN ajoute un nouveau modèle à sa gamme. Non pas pour remplacer un modèle précédent, mais pour combler une lacune que le fabricant a constatée. « Ce bus combine le meilleur de deux mondes », déclare Geert Van Impe, sales director de MAN. Curieux, nous avons pris le volant du Lion's Intercity LE pour un essai.

Des utilisations très diverses

Si ce bus porte le nom ‘LE’, c’est pour indiquer Low Entry. Un accès bas et confortable est une caractéristique typique d’un autobus urbain où les montées et descentes sont fréquentes, y compris pour les parents avec de jeunes enfants, des poussettes ou des fauteuils roulants. La partie avant du Lion's Intercity LE est donc un bus confortable à plancher bas comme ceux que nous voyons tous les jours dans nos villes.

Au-delà de la porte arrière toutefois, le bus prend des allures d’autocar. Trois marches surélèvent considérablement le plancher. Cet aménagement offre une plus grande capacité de places assises dans la partie arrière et est basé sur le modèle du MAN Intercity. « En combinant ces deux types de bus dans un seul modèle, nous avons construit un bus qui peut être utilisé à des fins très diverses. Nous constatons que ce véhicule fait ses preuves, notamment dans les services de navette, le transport scolaire ou comme véhicule à double usage », explique Geert Van Impe de MAN.

Du confort pour le chauffeur

Nous sommes partis en compagnie de l’instructeur FCBO Danny De Wilde, du siège de MAN à Asse pour passer sur le ring de Bruxelles et serpenter à travers les collines du Pajottenland. « Ce qui me frappe immédiatement, c’est que le poste de conduite est mûrement réfléchi. Tout ce dont vous avez besoin est à portée de main. Il ne faut jamais quitter sa position assise idéale pour actionner quelque chose », fait remarquer Danny. du haut de son 1m90, notre instructeur dispose aussi d’un espace suffisant, ce qui n’est pas toujours évident avec cette corpulence. Le confort du chauffeur est encore plus évident sur les routes cahoteuses avec de nombreux casse-vitesse à Vlezenbeek et Lennik. « Les amortisseurs sont vraiment bons. Je connais bien ces routes et ici, tous les trajets en bus ne sont pas aussi agréables sur ce plan ».

Maniable et stable

En cours de route, Danny devient de plus en plus élogieux à l’égard de l’adaptive cruise control (ACC). « Il est réglé de manière très intelligente. Il réagit avec beaucoup de souplesse et uniquement lorsque c’est nécessaire. Sur l’autoroute, par exemple, lorsqu’une voiture plus rapide se rabat devant vous, le bus ne ralentit pas. Ce n’est d’ailleurs pas nécessaire. En revanche, dans les agglomérations, l’ACC réagit correctement à la présence d’obstacles », explique Danny. La combinaison du moteur D15 et de la boîte automatique ZF EcoLife 2 fonctionne aussi à merveille. « Le moteur et la boîte de vitesses doivent se marier parfaitement et se sentir l’un l’autre. Ici, c’est assurément le cas ». Et malgré son long empattement - nous avons roulé avec un modèle de plus de 12 mètres - le bus a un rayon de braquage court.

Regardez dans la vidéo le rayon de braquage du bus en tournant.

This video has been disabled until you accept marketing cookies.Manage your preferences here or directly accept targeting cookies

This video has been disabled until you accept marketing cookies.Manage your preferences here or directly accept targeting cookies

Il était même suffisamment maniable pour emprunter sans problème les nombreux ronds-points étroits de la région du Pajottenland. « MAN a fait le bon choix en optant pour une suspension avant indépendante. Cela rend le bus assez maniable et stable, même dans les virages serrés ». Ce n’est certainement pas superflu, puisqu’il existe également un modèle de 13 mètres et qu’à l’avenir, il y en aura aussi un de 14 mètres.

Un aménagement modulaire

Le Lion’s Intercity LE peut s’aménager de manière très modulaire, depuis le simple bus scolaire jusqu’au bus luxueux pour les longs trajets. Chaque option a son prix, mais ceux qui optent pour un équipement de base simple peuvent garder les cordons de leur bourse bien serrés. « Prenez la rampe pour fauteuils roulants à la porte arrière. Il existe une version plus chère qui s’étend automatiquement en appuyant sur un bouton, mais aussi l’option moins chère, avec une simple plaque qui se déploie manuellement », explique Geert Van Impe à titre d’exemple.

Geert Van Impe, sales director de MAN, nous en dit plus sur les caractéristiques principales du véhicule.

This video has been disabled until you accept marketing cookies.Manage your preferences here or directly accept targeting cookies

Le bus de notre test possédait un équipement de base, mais qui a tout de même séduit notre instructeur. « Tous les rétroviseurs extérieurs sont tout de même chauffés. Ils offrent une très bonne visibilité. Sur l’autoroute, j’ai même pu voir dans le rétroviseur droit une voiture qui roulait sur la deuxième bande située à ma droite. Je regrette toutefois que le rétroviseur de gauche ne soit pas, lui aussi, équipé d’un rétroviseur grand angle similaire. Le choix de laisser les lumières intérieures allumées uniquement au-dessus de la rangée de sièges derrière le conducteur pendant la conduite semble être un détail, mais cela permet d’éviter les reflets gênants sur le pare-brise. C’est une bonne idée ».

Alors, City ou Intercity ?

Le bus peut transporter jusqu’à 98 passagers (dans la version de 12 mètres), en fonction du nombre de sièges choisis. Car cette configuration est également très flexible. Il existe une version avec de simples mains courantes au plafond, mais aussi des compartiments à bagages en option. Vous pouvez choisir l’information numérique des passagers ou non, entre une taille de pneus de série 70 ou 80, trois types de portes différents, trois versions différentes du moteur diesel de 9 litres (280, 330 ou 360 CV). De cette manière, ce Lion's Intercity LE tient toutes ses promesses : c’est un bus qui concilie le meilleur de deux mondes et il appartient au client de décider lui-même ce qu’il veut plus ou moins voir en exergue dans chacun de ces mondes. Un choix pour un peu plus d’intercity ou plus de city ? Avec ce Lion's Intercity LE, MAN semble offrir une réponse adaptée à chaque type d’entreprise de bus.

(+) LES PLUS

+ Conduite souple grâce à l’adaptive cruise control + L’écran du chauffeur, placé au centre, fournit de nombreuses informations sans le distraire de la route. + Aucun bruit de ferraille typique grâce à de très bons amortisseurs. + Très maniable, grâce à la suspension indépendante de l’essieu avant + Pas de reflets gênants de l’éclairage intérieur dans le pare-brise

(--) LES MOINS - L’emplacement de l’écran de la caméra de recul gêne la vue - Le rétroviseur extérieur gauche pourrait également être équipé d’un rétroviseur grand angle supplémentaire - Beaucoup d’options utiles et confortables, qui ont cependant leur prix

Le bus de notre test

  • Modèle : MAN Lion’s Intercity LE
  • Longueur : 12,45 m
  • Moteur : moteur diesel 6 cylindres D15
  • Puissance du moteur : 243 kW (330 cv)
  • Couple maximal : 1400 Nm à 900-1600 t/min.
  • Transmission : transmission automatique ZF 6 AP 1420 EcoLife 2 avec retarder intégré (D/N/R/1/2/3)
  • Roues : 275/70 R22.5 en acier