BEchauffeur.BE: rencontrer des candidats-chauffeurs à Mornimont & Temse

Impressions des participants

Ces dernières semaines, la FBAA a organisé deux journées de rencontre entre candidats chauffeurs et entreprises d'autobus. Ces journées s’inscrivaient dans le cadre du programme BEchauffeur.BE visant à mettre des candidats en contact avec les entreprises à la recherche de chauffeurs.

Partagez cet article avec vos collègues

Un secteur qui a du potentiel

Le 27 janvier, les locaux du VDAB à Temse ont accueilli le volet flamand de ces journées de rencontre. Els Peeters, recruteur chez Keolis, comptait parmi les exploitants ayant répondu présent. « Notre entreprise recherche des chauffeurs de toute urgence. Nous saisissons la moindre opportunité d’entrer en contact avec des candidats potentiels. Notre politique consiste à être présents partout, tout le temps. » La participation a débouché sur quelques offres concrètes.

Els Peeters, Keolis

« Tout peut se passer très vite durant ces journées », confirme Patrick Deblire d’Autocars et Voyages Deblire quelques jours plus tard lors de la journée de rencontre wallonne à Mornimont. « Mais mon objectif est avant tout de vanter à ces candidats les atouts de notre secteur et l’attrait du métier de chauffeur. Ils doivent partir d’ici avec la conviction de devenir chauffeurs. Pas de souci si c’est un collègue qui les engage. Toute nouvelle expérience professionnelle positive bénéficiera en fin de compte à l’ensemble du secteur. »

Manuel de Groot, équipe RH de chez Staf Cars

« Montrer que nous avons beaucoup à offrir »

« Je vois surtout cette journée comme une occasion de montrer aux candidats chauffeurs que travailler pour une entreprise d’autobus est un métier attrayant. Nous avons connu des temps difficiles. Beaucoup de chauffeurs ont quitté notre secteur. D’où l’importance d'une telle journée. J’ai fait des rencontres intéressantes. Toutes ces personnes ont été surprises par le large éventail de possibilités qu'offre une entreprise d’autobus. Cela demande de plus amples explications de notre part. Un chauffeur peut pratiquement constituer son horaire à la carte, parfois même après la pension. Quelle entreprise offre encore cette possibilité ? Ici, vous avez des quinquagénaires, voire des sexagénaires. Ils ont tous leur place chez nous. L’âge n’est pas un problème. Je suis heureux d’avoir pu transmettre ce message. Dites-nous ce que vous cherchez et nous regarderons ensemble ce que nous pouvons vous proposer. »

Candidat, Stefan Smet

Les candidats découvrent les possibilités des métiers de chauffeur

« Nous avons reçu ici les informations que nous recherchions. Quelqu’un qui ne connaît pas le secteur se tourne automatiquement vers De Lijn ou le TEC. Mais nous avons maintenant une vision beaucoup plus large du secteur et des opportunités », est une réaction fréquente des candidats.

Stefan Smet (50 ans) en fait partie. Le comptable est fasciné par tout ce qui roule et rêve de faire de longs voyages en autocar. « Mais par où commencer ? Aujourd’hui, j’ai conscience qu’il vaut mieux commencer par acquérir de l’expérience en effectuant des trajets courts sur des itinéraires fixes. Il faut apprendre le métier. J’ai un plan concret maintenant. »

Vincent Mombaerts (42 ans) de Florennes, bénéficie d'une expérience professionnelle en tant que chauffeur de taxi, mais souhaite devenir chauffeur de bus. « On parle moins avec les clients, les horaires sont meilleurs, je pourrais enfin prendre congé à la Saint-Sylvestre ou les jours fériés. J’en rêve depuis des années. Mais je n’ai jamais franchi le pas. »

Candidat, Vincent Mombaerts

Candidat, Yolande Visser

Yolande Visser (61 ans), candidate chauffeur de bus de Heist-op-den-Berg

« Aujourd’hui, tout s’est subitement accéléré »

« J’ai travaillé dans le transport de patients, j’ai même déjà conduit un camion, mais j’aimerais maintenant devenir chauffeur de bus. Quand on ne connaît pas le secteur, De Lijn est la première entreprise à laquelle on pense. On voit bien d’autres bus sur la route, mais on se demande ce qu’ils font exactement. Aujourd'hui, en une seule journée, je fais la connaissance d’autres entreprises d’autobus et je découvre leur offre. Si j’avais dû faire toutes ces recherches moi-même, je n’aurais jamais su par où commencer. En plus, la discussion permet d’échanger directement des informations qu’on ne trouverait jamais dans le cadre d’une recherche sur Internet. Tout est plus rapide et plus concret. Chez Keolis, j’ai obtenu directement une offre concrète sur la base de mes préférences. On ne peut plus rapide ! Je suis encore plus convaincue de devoir sauter le pas et devenir chauffeur de bus. »

A la recherche d’informations

C’est en voyant une publication sur Facebook au sujet de BEchauffeur.BE que Vincent s’est décidé à faire le premier pas concret. D’autres participants déclarent également avoir envie de devenir chauffeur de bus depuis longtemps, sans savoir précisément par où commencer. « Une journée de rencontre comme celle-ci semble particulièrement nécessaire. BEchauffeur.BE répond clairement à une demande d’informations », déclare Els Peeters. C'est pourquoi la plupart des exploitants présents choisissent de rester général à ce stade.

« Aujourd'hui, je m’attache à promouvoir notre secteur », déclare Manuel de Groot de Staf Cars. « La prochaine étape consiste à recevoir ces candidats chez Staf Cars. Je serai alors en mesure de déterminer si nous sommes faits pour nous entendre. Je vise une collaboration durable. La sélection est optimale quand elle a lieu sur son propre terrain. Je préfère même recevoir les candidats dans un bus. Après tout, cela deviendra leur lieu de travail. »

Patrick Deblire adhère également à cette approche : « Ces personnes sont toutes intéressées à l’idée de devenir chauffeur de bus. Nous devons d’abord continuer d’attiser leur intérêt. Lorsqu’elles viennent postuler dans l’entreprise, je leur pose des questions plus approfondies. Mais aujourd'hui, nous insistons sur les très belles perspectives qu’offre ce métier. »

Votre entreprise recherche des candidats à former au métier de chauffeur ?

Vous pouvez l’inscrire au programme BEchauffeur en envoyant un courriel à l’adresse contact@bechauffeur.be.