Des entrepreneurs lancent des projets BUSaanZET

Après avoir fait le plein d’inspiration dans le cadre du projet BUSaanZET auquel ils ont participé, plusieurs exploitants d'autocars ont décidé de passer à l'action. Les initiatives battent leur plein autour de thèmes divers : transport évènementiel, organisation d'un service de navette autobus, optimalisation de la capacité non utilisée et information des clients en temps réel.

Partagez cet article avec vos collègues

Le projet BUSaanZET-project, qui a accompagné des exploitants d'autobus et d'autocars flamands dans la recherche de nouvelles formes de prestation de services dans le cadre de Mobility-as-a-Service (MaaS), a pris fin. Dans le cadre de cette initiative, l’HoGent, l’Institut pour l'autoCar et l'autoBus (ICB) et plusieurs entreprises partenaires ont mis à la disposition des participants des outils permettant d’adopter l'approche MaaS tout en intégrant des concepts de transport novateurs ou existants dans une plate-forme numérique commune. L'un des atouts réside dans le transport par autobus à la demande, une notion toujours très pertinente dans le cadre de l'accessibilité de base et de la modalisation du transport sur mesure.

Ce dossier fait déjà l’objet d'un suivi dans le cadre d'accord MaaS flamand.

This video has been disabled until you accept marketing cookies.Manage your preferences here or directly accept targeting cookies

Intéressant pour l’évènementiel et pour les déplacements domicile-travail


« En ma qualité d’exploitante d'autocars, je trouvais intéressant de m'impliquer dans le projet et d’en apprendre plus sur diverses initiatives belges et étrangères », indique Margaux Cannaerts (Autobussen Cannaerts).

« Vamos@Work nous permet d'assurer des déplacements domicile-travail pour des entreprises pharmaceutiques ou alimentaires de Puurs et Bornem. Le cas des navettes opérées lors du concert de Rammstein était intéressant.

J'ai toutefois été frappée de constater à quel point d'autres pays étaient déjà bien plus avancés dans des projets de bus à la demande et dans de petits services de navettes. Ici, les choses avancent plus lentement. BUSaanZET nous a également informés sur les possibilités d'utiliser un bus électrique, et c'est un point que nous ne manquerons pas d’examiner ».

Un service de navette verte à la demande


De l’expérience BUSaanZET, Robby Van Hoecke (Robby Cars) retient le projet Vallibus réalisé à Vallirana, près de Barcelone. « Nous avions déjà parlé d'un service de navettes avec l'administration communale d’Eeklo. Il était donc très utile pour nous d’entendre un deuxième point de vue à ce propos. Valibus démontre que la demande de ce type de transport continue à augmenter. Nous percevons là une belle perspective d'avenir au sein de nos activités. Par ailleurs, ce service est tout à fait compatible avec l’utilisation de véhicules électriques car la distance journalière peut être bien évaluée. Si nous sommes un jour en mesure de le faire, nous espérons constituer le partenaire privilégié pour les différents donneurs d'ordre. »

« L'élaboration d'autres projets MaaS axés sur la mise sur pied autonome d'un transport évènementiel et leur intégration dans une plate-forme numérique nécessitent un énorme travail de préparation et de planification, et cet horizon nous semble encore trop lointain », ajoute Robby Van Hoecke.

Miser sur l'événementiel, l’information en temps réel et la capacité non utilisée


« L'instauration d’un système de transport à la demande pour l’événementiel est, selon nous, une idée à creuser » confirme Jill Rollier (Rantour). « Actuellement, nous proposons déjà un certain nombre d’évènements combinés à des excursions journalières. Nous aimerions miser davantage sur ce concept à l’avenir, en organisant un système de transport à la demande pour d'autres évènements. La plate-forme de réservations en ligne dont nous disposons déjà pourrait tout à fait être mise à profit dans ce cadre. »

« Le partage d'informations en temps réel avec le client nous semble également une option intéressante. Tous nos véhicules sont équipés d'un système de track-and-trace. Nous devons examiner la possibilité de partager en toute simplicité les informations disponibles avec nos clients, par ex. via un code temporaire. Ce service constituerait à mes yeux une forte plus-value, comme l’optimalisation de la capacité non utilisée. Une plate-forme sur laquelle les exploitants d'autocars puissent indiquer la capacité disponible à des collègues du secteur semble très intéressante en périodes chargées, pour autant que ce service puisse être organisé par un partenaire indépendant. Le système doit toutefois être suffisamment automatisé et pouvoir s'accommoder d’un apport limité des exploitants. »