Groupe Waaslandia se diversifie avec un projet d’autocars

Double interview avec Bart Kwanten et Gino Rossaer

Opérant près de 200 véhicules, le Groupe Waaslandia est un important partenaire de transport de De Lijn. L'intégration de Present Cars lui ouvre la voie vers une diversification stratégique et un tourisme en autocar de qualité. Si le projet est couronné de succès, il sera étendu à d'autres régions.

Partagez cet article avec vos collègues

Le Groupe Waaslandia a vu le jour en 1971, lorsque Autobussen Cap a été rebaptisée en Waaslandia Autobussen. Sous la direction de Jos Van Hool et de son fils Frank, Waaslandia s'est développé à partir des années 80 pour devenir l'un des plus importants partenaires privés de De Lijn.

La réforme du transport public n’est pas encore très concrète

Au départ du Pays de Waes et la Campine anversoise, le Groupe Waaslandia opère différentes lignes de bus à destination d'Anvers. « Étant donné que les autoroutes sont encombrées, le trafic sur les autres voies d'accès ralentit et cela gêne la circulation. Même sur le trajet entre Lokeren et Beveren, il ne faut pas sous-estimer les embouteillages », déclare le directeur Bart Kwanten. A l'instar de son collègue Gino Rossaer, il s'intéresse à la redéfinition des transports publics. « Notre pays est trop fragmenté pour disposer d’un transport public de qualité et efficace, dans lequel chacun veut avoir un bus devant sa porte. À cause d'un aménagement du territoire historiquement peu judicieux, le bus doit s’arrêter trop souvent, de telle sorte que la vitesse commerciale est très faible. L’accessibilité de base constitue la prochaine étape logique, tout comme la multimodalité et la combimodalité avec des axes de liaison rapides, des hubs et des alternatives pour les derniers kilomètres.

La transition ne s’est pas encore opérée jusqu’à présent, mais on remarque que les jeunes n’ont aucune difficulté à alterner le vélo, les trottinettes partagées et le transport public ».

« Un modèle davantage axé sur la demande bénéficiera également d’une base de soutien plus large. Les villes et les communes auront davantage leur mot à dire et pourront être mieux desservies si les conseils régionaux sont bien organisés. Si, par conséquent, une partie de l'exploitation des bus de De Lijn était transférée aux opérateurs, ce serait une bonne chose. L'accent doit cependant continuer d'être mis sur le prix de revient et la qualité. Il est essentiel de réduire les 'kilomètres à vide', car après tout, nous travaillons avec l'argent des contribuables. Pour l'instant, l'ensemble de la réforme n'est pas très concret ».

Une diversification stratégique dans le segment de l’autocar

En raison de la reprise de Present Cars-De Korenbloem, le Groupe Waaslandia est désormais également actif dans le tourisme en autocar. « D'une part, de plus en plus de clients du secteur du transport scolaire nous demandaient si nous ne louions pas d'autocars. D'autre part, nous considérions le segment des autocars comme une opportunité de diversification stratégique. Le moment était également venu de nous lancer. Au cours des dernières décennies, nous sommes passés de quelque dizaines d'autobus à une PME de près de 200 véhicules et 350 employés. Nous avons dès lors été confrontés à d'inévitables maladies de croissance. Maintenant qu’elles appartiennent au passé, nous pouvons relever un nouveau défi », affirme Bart Kwanten.

« Nous voulons agir très prudemment », embraye Gino Rossaer. « Present Cars est une petite entreprise qui compte six autocars de tourisme, auxquels trois véhicules viennent désormais s’ajouter, mais cela reste relativement modeste. Pour nous, il s'agit d'un secteur totalement neuf, surprenant et fascinant, qui exige beaucoup plus de main-d'œuvre que les services réguliers. Pour la première fois, nous devons nous profiler sur le plan commercial, mais le projet doit être parfait et mettre l'accent sur le service et la qualité. En effet, pour le client, l'expérience du voyage est tout aussi importante que le déplacement en soi. C’est la meilleure des qualités qui doit émaner de nous. Nous considérons 2020 comme une année de transition avec une croissance prudente et nous évaluerons ensuite dans quelle direction nous évoluerons. Si nous voulons répondre aux opportunités dans les futures régions de transport, l'extension aux autres sites de Groupe Waaslandia semble être la prochaine étape logique ».

10 mots-clés

Car&Bus a demandé à Bart Kwanten et Gino Rossaer une brève réaction à dix mots-clés relatifs au monde des autobus et des autocars :


  1. Chauffeur : « C’est le cœur de nos entreprises et véritablement du produit que nous vendons. Mais sans les services de support, cela ne marche pas. Chapeau à toute l’équipe, donc ! »
  2. Fluidité : « Elle devrait être au premier rang de la liste des priorités des décideurs politiques. Pour nous, c’est le plus grand problème du transport public en Flandre ».
  3. Bus Rapid Transit System : « Pour les axes rapides entre les hubs, cela vaut certainement la peine d’être étudié ».
  4. Transport sur mesure : « Avec les bons systèmes IT, tout est possible aujourd’hui. Son succès dépendra donc dans une large mesure des performances de la centrale de transport ».
  5. Zone environnementale : « Il faut bien commencer quelque part, mais ne vaudrait-il pas mieux faire de toute la Belgique une zone environnementale ? »
  6. CNG/LNG : « C’est peut-être la technologie pour l’extinction des carburants fossiles ».
  7. Hydrogène/Pile à combustible : « Depuis plusieurs décennies, c’est la technologie du bond en avant. Peut-être le moment est-il venu ».
  8. Véhicules autonomes : « First things first. Mais il vaut mieux élaborer d’abord un cadre législatif et éthique pour les tests ».
  9. Intercity : « Il faut le faire… le bus est redevenu sexy. Merci Flixbus ».
  10. Mobility as a Service : « Dans l’analyse SWOT, le concept évoque de façon contradictoire le ‘O’ d’opportunity (opportunité) et le ‘T’ de threath (menace) ».

Dans la zone de basses émissions… pour quelques mètres

La mise en place de la zone de basses émissions (LEZ) anversoise s’est également fait sentir. « Initialement, nous avons quelque peu été pris de vitesse par la LEZ. En raison de mesures d’économie et d’une absence de cahiers de charges techniques, nous avons pris du retard dans les investissements et nous avons dû, nous aussi, payer des taxes liées à la LEZ parce que, par exemple, la gare de Berchem et la Van Eedenplein sur la rive gauche d'Anvers se trouvent juste quelques mètres à l’intérieur de la LEZ », explique Bart Kwanten.

« Dans la mesure où l'électrification ne dispose pas encore d'un cadre plus large avec des adaptations des infrastructures et des modèles de coût et que nous ne voulons pas non plus expérimenter une technologie qui n'est peut-être pas exempte de reproches, nous avons opté pour la propreté des moteurs Euro 6 les plus récents. Bientôt, près de 60 % de nos bus seront équipés de moteurs Euro 6. Les autres sont principalement des Euro 5 et nous possédons aussi quelques Euro 3 en réserve. Nous pourrons encore circuler dans la LEZ avec 90 % de nos véhicules pendant quelques années, à moins que les moteurs à combustion ne soient interdits à court terme. »

Le Groupe Waaslandia en quelques chiffres

  • Collaborateurs : 347
  • Filiales/Dépôts : 5
  • Véhicules : 156 (De Lijn), 3 pour le transport scolaire, 9 autocars de tourisme

Inspiré par le dépôt waeslandien inauguré en 2009 à Vrasene, le Groupe Waaslandia a construit en 2018 un site similaire pour Kruger d'une capacité de 72 bus. Les bâtiments sont conçus de manière extrêmement efficace sur le plan énergétique, avec une économie d'eau de 95 % grâce à l'utilisation de l'eau de pluie et à un système d’épuration. La consommation de gaz a diminué de 75 % et celle d'électricité de 50 %. Les bus sont mis sous pression avec de l'air comprimé, ce qui réduit le plus possible les moments où ils tournent au ralenti.