GARDER CONTACT AVEC SES COLLABORATEURS EST AUSSI ESSENTIEL POUR LES ENTREPRENEURS FLAMANDS

Le mois dernier, les entreprises d’autocars se sont retrouvées dans une situation surréaliste en raison de la crise du COVID-19. Les écoles et les associations ont décidé de ne plus effectuer d’excursions. L’agenda s’est vidé complètement. Depuis lors, les exploitants d’autocars n’ont quasiment plus pu faire sortir de véhicules. Les collaborateurs sont souvent au chômage et sont dans l’expectative. En dépit de cette situation atypique, les exploitants d’autocars vont de l’avant. Chaque chef d’entreprise gère différemment cette situation et s’efforce d’en tirer le meilleur. À la fois pour les collaborateurs et pour les clients. Comment les autocaristes remontent-ils le moral de leur personnel ? Quels enseignements ont-ils déjà tirés de cette crise ? Et comment aborderont-ils le redémarrage de leurs activités ? Nous avons réalisé une interview vidéo de 8 courageux entrepreneurs flamands de différentes provinces, qui veulent, par leurs témoignages, remonter le moral de tous les acteurs du secteur. Nous vous proposons ci-dessous une sélection de ces témoignages. MERCI À EUX ET BEAUCOUP DE COURAGE À TOUS !

Partagez cet article avec vos collègues

Maggi Schollen de Linden Cars maintient un contact régulier avec ses chauffeurs et ses employés pour les soutenir. Pour ce faire, elle utilise un groupe Facebook fermé. Elle aime également faire réfléchir son personnel de manière créative à propos du redémarrage des voyages d’été en Belgique. Les collaborateurs du groupe se stimulent mutuellement à donner des idées. C’est ainsi qu’ils ont déjà suggéré d'organiser des voyages cet été à destination des Center Parcs et de Bruges. Les employés de Maggi se mettent au travail à partir de ces suggestions et les transmettent par courriel aux clients afin de leur donner des perspectives.

Francis Paulussen de Jacobs Transport conseille à ses collègues d’utiliser un groupe Facebook fermé pour partager des nouveautés avec les chauffeurs. Ces infos restent en effet privées. Pour lui, ce groupe est utile, également dans cette situation de crise, parce qu’il permet de partager facilement des infos sur les clients et les collaborateurs.

Ook Sam Van Uytfang de Fimatour contacte, lui aussi, ses chauffeurs spontanément, tous les deux jours, en leur fournissant des informations sur son entreprise et sur les clients. Il apprécie énormément le fait qu’ils lui restent fidèles. Car la situation n’est pas facile pour eux non plus.

Philippe Samyn dirige l'entreprise Heidebloem, qui assure des activités mixtes : services réguliers, transport de personnel et transport récréatif en autocar pour des groupes étrangers et belges. Il règne de ce fait encore une certaine activité dans l’entreprise. En effet, ses services réguliers se poursuivent. Pour ses chauffeurs d’autocars, cette situation est difficile financièrement et socialement. Ils aimeraient à nouveau avoir des contacts avec les clients et venir travailler sur les véhicules. Mais il ne peut pas encore leur dire quand les activités reprendront. Il tient cependant à leur remonter le moral en leur fournissant régulièrement un état d’avancement concernant la nouvelle construction pour son entreprise. Celle-ci est encore dans les temps, les projets de construction se poursuivent et les investissements continuent de courir. Il partage cette histoire positive dans un groupe Whatsapp et via les chats vidéo sur Zoom, où il poste des photos et lance des discussions.

Rik Vanheusden de De Zigeuner voit régulièrement ses chauffeurs, dont la plupart habitent à Diepenbeek, se promener le long de son entreprise. Ils l’ont aidé à réaliser une vidéo. Un drone a filmé 16 autocars disposés en forme de cœur sur son parking. C’était la manière de Rik de soutenir tous les chauffeurs d’autocars du secteur et tous ses collègues exploitants. Cette vidéo se trouve sur la page Facebook de De Zigeuner.

Avec De Meibloem, Charlotte Eelbode assure des services réguliers et des transports de loisir en autocar. Elle ne peut cependant pas garder tous ses chauffeurs d’autocars au travail mais essaye tout de même de leur trouver une solution. C’est ainsi que les chauffeurs qui ont un brevet de chauffeur de ligne peuvent effectuer certains services réguliers, qu’un chauffeur conduit le camion et que les autres contribuent à la production de la nouvelle brochure du groupe. Leur connaissance du terrain leur permet en effet également d’élaborer des excursions touristiques et de donner des conseils aux responsables du groupe.