CONCEVOIR VOTRE PROPRE POSTE DE CHAUFFEUR ?

Deux spécialistes de l'ergonomie vous indiquent la voie, à l'occasion des BUSWORLD Awards

Partagez cet article avec vos collègues

Le poste de conduite, le tableau de bord et le poste du chauffeur ont évolué sur le plan ergonomique. Les applications numériques progressent. Les caméras remplacent les rétroviseurs extérieurs. Des sièges performants sont disponibles pour le chauffeur. Un poste de chauffeur fonctionnel, personnalisé peut être conçu de A à Z.


Jamais auparavant, les membres du jury des Busworld Awards n'avaient été aussi enthousiastes à propos du poste du chauffeur. Les constructeurs de bus ont accompli d'énormes progrès pour rendre le lieu de travail du chauffeur plus ergonomique, plus spacieux et plus agréable. Des commentaires généraux positifs ont également été émis à propos de l'introduction des caméras et des écrans en remplacement des rétroviseurs extérieurs.


  • Le jury a fait l'éloge du Van Hool Exqui.City 18 FC concernant le poste de conduite entièrement séparé à commande centrale ainsi que l'excellente visibilité pour le chauffeur.
  • Le label Comfort Bus a été décerné au Mercedes-Benz eCITARO pour l'approche extrêmement ergonomique du poste de conduite, l'espace, l'accessibilité de tout, l'affichage et l'équipement.
  • Le Lion’s City 12G de MAN a notamment reçu des éloges pour ses équipements de sécurité passifs de pointe pour le chauffeur et il a obtenu le label Safety Bus.
  • L’EX 11H de Van Hool a réalisé un bon score en matière d'ergonomie.
  • Le jury s'est montré enthousiaste à propos du poste du chauffeur du Setra S531 DT.

Check-up automatisé lors du démarrage

« Tout ce qui est lié aux commandes se trouve actuellement en grande partie à portée de main », indique Karl Ennaert, instructeur de la BAAV et membre du jury. « L'élément positif est que les boutons de commande sont associés aux mêmes icones, et ce, quelle que soit la marque. Nous voyons cette homogénéisation non seulement sur les véhicules européens mais également sur les autobus et autocars chinois. Il s'agit d'un plus pour le chauffeur lorsqu'il doit conduire des véhicules de différentes marques ».

Un élément qui a frappé Karl Ennaert est le fait que l'on investit fortement dans l'électronique. « Les petits compteurs cèdent de plus en plus la place aux applications numériques. Même le check-up général du véhicule lors du démarrage se fait entièrement automatiquement. Un programme complet est mis en œuvre, le fonctionnement des clignotants et des feux-stop est contrôlé de manière automatique. Il n'est par conséquent plus nécessaire d'être à deux pour voir si tout fonctionne. Quand tout est en ordre, le véhicule démarre. »


La commande des rétroviseurs a été, elle aussi, simplifiée ; une pression sur le bouton suffit pour rabattre les rétroviseurs lorsque l'on doit passer dans une rue étroite ou longer un camion en stationnement. Le pare-soleil ou l'occultation du côté passager à l'avant doit malheureusement encore parfois être manipulé à la main alors qu’il est parfaitement possible de le faire électriquement à partir du poste du chauffeur.

Le bus ne dispose pas toujours d’un siège ergonomique pour le chauffeur.

Bien que les constructeurs proposent souvent en option des sièges extrêmement ergonomiques pour le chauffeur, les exploitants ne les prennent pas souvent. « Les maux de dos sont pourtant la cause principale d'absence au travail des chauffeurs de moins de 45 ans », insiste Filiep Houthoofdt, membre du jury et instructeur FCBO.

« Les exploitants ont cependant vraiment intérêt à placer un siège ergonomique pour le chauffeur dans tous les types de bus, qu’il s’agisse d’un simple bus scolaire, d’un bus de ligne ou d’un autocar. Les véhicules plus coûteux comportent la plupart du temps un siège tournant. Même un siège partiellement orientable permet déjà au chauffeur de prendre place plus facilement au volant ou de donner les tickets aux voyageurs sans surcharger ses lombaires.

Un siège à suspension pneumatique avec un soutien des lombaires et des accoudoirs réglables à gauche et à droite devrait être présent de série. Ce siège doit de préférence également être climatisé et chauffé. Un chauffeur qui n'est pas assis confortablement prend une mauvaise position, tient son volant différemment et a même une moins bonne maîtrise de ce dernier. Un siège réglable et de qualité est essentiel pour le chauffeur. Beaucoup de chauffeurs ne savent d'ailleurs pas comment ils peuvent adapter ce siège parce que les touches de commande se trouvent souvent en bas à gauche ; ils ne les voient donc pas en s'installant. Les longs trajets ne sont en général pas un problème pour un chauffeur, contrairement au manque de confort du siège dans lequel il est assis pendant tout ce temps ».

Ne pas concevoir le bus de l'arrière vers l'avant

« Dès que le chauffeur a réglé son siège sur base d'une position assise correcte, il doit pouvoir adapter la colonne de direction. Vient ensuite le réglage des rétroviseurs. Lorsque les rétroviseurs sont remplacés par des caméras extérieures et des écrans, leurs hauteur, angle et intensité lumineuse doivent être réglables selon les souhaits du chauffeur. Ce dernier doit ensuite également pouvoir visualiser en permanence les notifications essentielles sur un tableau de bord légèrement inclinable. Toutes les touches élémentaires, l'interrupteur de feux de détresse pour tous les clignotants, la poignée du dispositif de freinage d'endurance, la commande multimédia et le microphone doivent être accessibles facilement, immédiatement et ‘les yeux fermés'.»


« Je pense que nous devons évaluer la commande au volant et voir ce qu’elle doit réellement comporter. Les chauffeurs ont souvent l'impression que le bus a été conçu de l'arrière à l'avant et que le poste du chauffeur a alors été complété en dernier », fait remarquer Filiep Houthoofdt.

« Peut-être faut-il concevoir le bus à partir de l'avant. Les fonctionnalités du poste de conduite sont de plus en plus développées. Les technologies disponibles offrent de nombreuses possibilités. »

Des clés et des cartes de contact personnalisées

Filiep Houthoofdt et Karl Ennaert font référence aux applications déjà disponibles dans les voitures. Il est souvent possible de constituer et de concevoir au choix le tableau de bord numérique selon une thématique. Le gps ne peut-il pas y être intégré ou peut-être même être projeté sur le pare-brise ?

La clé ou carte de contact personnalisée par chauffeur peut être étendue aux réglages souhaités du siège du chauffeur, de la colonne de direction, des rétroviseurs ou des écrans et du tableau de bord.

Dès que le chauffeur introduit la clé ou la carte ou se présente dans le véhicule, tout est réglé selon ses souhaits.


Les constructeurs qui investissent dès maintenant pleinement dans la numérisation, l'électronique de pointe et l'informatique pourraient bien dans le futur proche encore augmenter leur avance, comme cela a été le cas dans le secteur automobile.