Comment la STIB gère-t-elle l’E-mobility ?

Lors de Busworld, l’UITP (Union internationale des transports publics) a visité le dépôt de la STIB à Haren, qui était encore un grand dépôt 100 % diesel il y a trois ans. L’arrivée de l’e-mobility a clairement changé la donne. La STIB n’est pas seulement l’opérateur des autobus mais aussi celui des métros et des trams, dans la région de Bruxelles. Elle dispose par conséquent de son propre réseau électrique (grid) et de connaissances en interne de tous les aspects relatifs à la haute tension. La STIB assure des déplacements tant avec des véhicules à propulsion hybride qu’avec des autobus 100 % électriques

Partagez cet article avec vos collègues

Des batteries plus petites pour plus de passagers

Les autobus électriques articulés de la Société de Transport bruxelloise circulent sur la ligne 64. La particularité de cette ligne réside dans le fait que l’un des terminus se situe au dépôt Haren. Deux chargeurs rapides (420 kW) peuvent y recharger les batteries en 6 minutes par le biais d’un pantographe. A l’autre terminus, juste au-dessus de la station de métro Porte de Namur, se trouvent deux chargeurs rapides identiques sur la voie publique. Ce système de recharge complémentaire permet de fonctionner avec moins de batteries, ce qui entraîne une économie de poids et donc, une baisse de la consommation, ainsi qu’une plus grande capacité pour accueillir les passagers.


Le dépôt Jacques Brel, situé au-dessus de la station de métro du même nom, abrite 7 midibus Solaris plug-in de 9 mètres et 5 Bluebus plug-in de 12 mètres. Leur bloc-batterie se charge durant le processus de recharge nocturne.

Des « chargeurs lents » à Haren

Le dépôt de Haren abrite aussi 24 chargeurs dits « lents » (20 kW) qui sont déployés la nuit afin de maintenir les batteries à niveau. Les autobus électriques articulés stockent le courant dans des batteries de 116 kW dites « high power » garanties par Solaris pour 15.000 cycles de recharge rapide. Les autobus articulés circulant à Bruxelles disposent d’un axe d’entraînement électrique équipé de deux moteurs de moyeu de roue de 125 kW chacun.

Pour le compte de Solaris

La STIB étant encore inexpérimentée dans le domaine des autobus électriques, il a été convenu que Solaris garantirait la circulation des autobus électriques pendant une période de 15 ans avec 6 minutes de temps de charge à chaque terminus de la ligne. Ceci comprend l’entretien des véhicules, le remplacement des batteries si nécessaire et le bon fonctionnement de l’infrastructure de recharge. Cette dernière a été livrée et installée par Schaltbau dans le cadre d’une offre complète, pour le compte de Solaris, qui est le seul point de contact.

Quatre défis futurs

Le porte-parole de la STIB nous confiait que plusieurs défis se présentent pour l'avenir :


  • le recrutement de personnel qualifié
  • l’interopérationnalité (déménagement d’autobus d’un dépôt à un autre)
  • le choix de la technologie et des systèmes de recharge : un lent processus de recharge nocturne avec des batteries plus lourdes, des recharges occasionnelles en cours de route nécessitant plus d’infrastructure, un mélange des deux ou, à terme, l’hydrogène ?
  • Reste enfin le défi de l’espace occupé. En effet, pour un même horaire de ligne, il faut près de 10 % de véhicules électriques en plus. Or, certains dépôts manquent de place et il demeure difficile de trouver de l’espace pour aménager de nouveaux dépôts dans la Région de Bruxelles-Capitale.