« Je considère les chauffeurs comme des collaborateurs-clés de notre entreprise »

Lieven Vandevelde, gérant de Sima Tours, continue de regarder vers l'avenir

Partagez cet article avec vos collègues

En juin 2020, les bureaux administratifs et l’agence de voyages de Sima Tours ont déménagé dans un nouveau bâtiment près du dépôt d’autobus existant de Lichtervelde. Le regroupement de toutes les activités sur un seul site à l’Industrielaan devait promouvoir la collaboration entre tous les travailleurs. Toutefois, la crise du coronavirus en a décidé autrement et ce beau projet a été mis sur pause.

Le dépôt d’environ 25 autobus se trouvait depuis quelques années déjà sur le terrain industriel de Lichtervelde, tandis que l’agence de voyages et les bureaux se situaient dans le centre. « Cette séparation physique ne favorisait pas l'implication mutuelle », explique Lieven Vandevelde à propos de ce déménagement. En même temps, le dépôt a été rénové, notamment avec l’ajout d'une nouvelle station de lavage.

image
image
image
image
image
image

L’entreprise n’a pas pu organiser d’inauguration festive en raison de la crise du coronavirus. « Le chiffre d’affaires de l’agence de voyages a chuté de 92 %. Heureusement, la banque nous a accordé un report de paiement et nous avons pu effectuer plusieurs trajets de renfort pour De Lijn. C'est ainsi que nous avons pu tenir le coup », indique Lieven Vandevelde concernant cette année écoulée. « Les voyages en autocar, qui représentent un marché important pour nous, sont néanmoins au point mort. Le transport des groupes scolaires étrangers et des croisiéristes accostant à Zeebrugge sont une de nos spécialités. De plus, nous vendons nos propres voyages en autocar d'un ou plusieurs jours. »

Le chemin sera long

Aujourd’hui, Lieven Vandevelde est pessimiste quant à l'avenir des voyages en autocar. « Le chemin de la guérison va être long. Je pense que les clients étrangers devront encore se montrer patients pendant un certain temps. Je ne vois pas non plus les personnes âgées de plus de 60 ans, qui constituent un groupe important pour nous, bientôt voyager en toute insouciance. Dès lors, la demande restera faible pendant encore un certain temps. D’un autre côté, il en va de même pour l’offre. Des autocars de tourisme ont également été vendus. »

Lieven Vandevelde s'est déjà longuement demandé si Sima Tours aurait pu mieux s’armer contre cette crise. « Mais je ne pense pas. Bien que le point fort de Sima Tours soit les voyages en autocar, qui sont les plus touchés, nous sommes avant tout une entreprise diversifiée. Nous avons également des autobus scolaires et nous avons une agence de voyages où nous vendons nos propres voyages mais également d’autres voyages. »

Les chauffeurs valent de l’or

« La situation va s’améliorer. Aujourd'hui, notre plus grand problème est de trouver des chauffeurs, surtout pour les voyages de plus d'un jour », explique Vandevelde. « De nombreux chauffeurs ont été contraints de chercher et de trouver un autre emploi. Je suis bien conscient que leurs salaires doivent augmenter. L'époque où ils pouvaient compter sur des pourboires est révolue. »

Sima Tours anticipe déjà cette future pénurie. « Actuellement, je suis satisfait de tous mes chauffeurs. C'est ce que la crise m’a appris. Depuis le déménagement de Sima Tours, je suis heureux de les voir plus souvent sur le terrain. Je peux discuter avec eux et ils peuvent me faire part de leurs sentiments. J’ai même créé un groupe WhatsApp me permettant de communiquer avec eux. Je considère les chauffeurs comme des collaborateurs-clés de notre entreprise. À l’avenir, nous allons devoir nous battre pour en trouver », conclut Lieven Vandevelde.

image
image
image
image
image
image

Votre compagnie d'autobus ou d'autocars a-t-elle également fait un pas important ? Nous aimerions en parler dans notre e-zine. Contactez-nous via magazine@fbaa.be.