PANEL D’EXPERTS : Oser freiner pour faire fonctionner l’ABS lors d’un arrêt d’urgence


Ne pas oser freiner à fond jusqu’à l’arrêt complet du bus, voilà le gros problème lors de l’utilisation correcte de l’ABS. Étant donné que les chauffeurs ne font pas fonctionner régulièrement l’ABS, ils relâchent souvent la pédale de frein trop tôt.

Partagez cet article avec vos collègues

NOS EXPERTS FCBO

Pascale Verdoy

Patrick Knierim

Danny De Wilde

Filiep Houthoofdt

Geert Aerts

À la fin des années 70, Robert Bosch et Mercedes-Benz ont été les premiers à proposer l’Anti-lock Braking System ou système d’antiblocage des roues (ABS). Il s’agissait de la première grande avancée en matière de technologie de freinage, puisque les roues ne se bloquaient plus. Un système qui permet de continuer le véhicule pendant un freinage d’urgence mais qui offre aussi la possibilité au chauffeur de freiner en toute sécurité sur un revêtement différentié, avec une bande asphaltée et des pavés ou du gravier sur les côtés. Depuis 2004, l’ABS est obligatoire sur tous les nouveaux véhicules.

Cet e-zine vous propose une série d’articles dans lesquels un panel d’experts – composé de cinq instructeurs FCBO – livrent leur vision sur des sujets qui concernent les chauffeurs d’autobus et d’autocar.

Cet article sur l'ABS est le premier d'une série sur les systèmes de sécurité.

Conseils des experts pour les chauffeurs professionnels lors de l'activation de l'ABS


  • Osez freiner
  • Continuez à appuyer sur la pédale de frein
  • Affrontez les vibrations
  • Gardez tous les systèmes de sécurité activés

L’utilisation de l’ABS en pratique

Les chauffeurs possèdent une connaissance théorique de l’ABS, mais dans la pratique, ils ne les appliquent pas souvent comme il se doit. La raison ? Ils n’ont pas eu l’occasion de s’y exercer. Si les chauffeurs adoptent une conduite défensive, sont attentifs et réagissent de manière proactive, ils devront rarement recourir à un freinage d’urgence. Malheureusement, il est également très difficile de reproduire à la perfection l’effet de l’ABS dans un simulateur de conduite performant. Il est certes possible de faire entendre le bruit qui l’accompagne, mais la sensation de dérapage, de vibration et de grondement n’est pas la même qu'en cas de freinage d’urgence.

L’utilisation correcte de l’ABS ne coule pas de source

L’ABS est abordé dans différents modules de formation, mais son utilisation correcte ne coule pas de source. Ainsi, peu de gens savent que l’ABS ne fonctionne pas à des vitesses inférieures à 30 km/h et qu'il allonge même la distance de freinage sur une chaussée mouillée, précisément parce que les roues ne se bloquent pas. Un freinage court et brutal n’est pas dans nos habitudes. Cela secoue les passagers et risque de les faire tomber. Les chauffeurs sous-estiment le bruit et l’impact du grincement des freins, ce qui les amène à relâcher prématurément la pédale de frein et à annuler ainsi l’arrêt d'urgence.

Activez tous les systèmes de sécurité

En outre, il s’avère que certains chauffeurs désactivent les systèmes de sécurité qui sont couplés à l’ABS – comme le ‘front collision warning’- et le système ‘emergency braking’ – ce qui coupe également l’ABS. Il arrive aussi qu’ils désactivent l’ABS lorsqu’ils circulent longuement sur une route régionale bordée par le marquage d’une piste cyclable et que les avertissements incessants indiquant la présence de cyclistes les dérangent.

Sporadiquement, des défaillances techniques qui désactivent l’ABS sont signalées. Pour un trajet en toute sécurité, les chauffeurs sont cependant tenus de vérifier au préalable que tous les systèmes de sécurité sont activés. De même, on attend d’eux qu’ils signalent les pannes de l’ABS.